Mercredi 24 Mai 2017

Les industriels européens peinent à intégrer le principe de segmentation dans leur Supply Chain

Mardi 20 Décembre 2016
Les industriels européens n'arrivent pas à utiliser efficacement les données et les analyses qui en découlent quand il s'agit de planification et de segmentation de la supply chain. Tel est le constat de JDA Software et l'université anglaise de Warwick, qui viennent de publier les résultats de l'étude « Supply Chain Segmentation: A Window of Opportunity for European Manufacturing »*. Celle-ci révèle que seulement 18% d'entre elles prennent en compte les données, passées, présentes et futures, dans leur processus de planification de leur supply chain, et seuls 39% estiment avoir des modèles de segmentation basés sur les données. Au final près d'un quart des entreprises (23%) reconnaissent avoir une approche empirique plutôt que basée sur les données.

Hans-Georg Kaltenbrunner, EMEA Vice President Manufacturing Industry Strategy chez JDA Software précise : « L'étude révèle que la majorité des entreprises n'utilisent pas de modèles dynamiques ou basés sur les données. En effet, il y a davantage d'entreprises qui pilotent leur supply chain en regardant dans leur rétroviseur plutôt que le futur qui les attend. Ce n'est pas tant qu'elles aient une trop grande dépendance envers les données du passé, mais le risque de faire fausse route est réel. Les résultats de l'étude suggèrent que certaines organisations n'ont pas la capacité d'adapter leur supply chain à leurs besoins business, et que le manque de capacité d'analyse est monnaie courante. Vu l'apparent manque de maturité des industriels dans ce domaine, les premiers à s'y intéresser bénéficieront d'un net avantage compétitif. »

Alignement stratégique ou désalignement ?

Lorsqu'il s'agit d'implémenter des pratiques de segmentation dans la supply chain, seuls 29% des répondants disent que leur approche était faite de manière « top down », ce qui signifie que la nature stratégique de la segmentation n'est pas reconnue en pratique. D'un point de vue business, le besoin de regrouper les processus clés de la supply chain (planifier, acheminer, fabriquer, livrer et retourner) et de les utiliser pour connecter efficacement les clients et les fournisseurs est reconnu depuis longtemps. Malgré cela, les résultats montrent que les approches fonctionnelles et en silos continuent d'être la norme.

L'orientation business des processus n'est pas encore bien répandue

Seules 8% des entreprises manufacturières européennes ont atteint le troisième niveau de segmentation (sur quatre), et aucune ne semble pouvoir atteindre le quatrième niveau. Une stratégie de segmentation efficace doit pouvoir se fonder sur des informations business provenant de l'Integrated Business Planning (IBP), or les résultats montrent qu'à peine 5% des entreprises sont au troisième niveau. Il y a donc beaucoup de potentiel d'amélioration pour l'industrie manufacturière pour aligner la gestion de la supply chain, le développement de nouveaux produits et la relation client. Le non-alignement actuel nuit à la performance économique des acteurs.

Le professeur Janet Godsell du WMG de l'Université de Warwick commente : « La segmentation n'est pas une nouvelle pratique dans le domaine de la supply chain, malgré cela, notre étude révèle qu'elle est encore sous-développée. La segmentation de la supply chain devrait être la loupe qui grossit les signaux complexes venant du marché, afin d'aider les entreprises à configurer leur supply chain, s'assurant que celle-ci soit adaptée aux objectifs de l'entreprise et apportant une rentabilité maximale. En théorie, la segmentation est un processus clé de la gestion des affaires pour s'assurer que les objectifs soient atteints malgré les aléas des opérations. Il est donc surprenant que seulement 17% des répondants aient intégré des processus orientés business au sein de leur gestion opérationnelle. Au final, les processus business offrent la possibilité de connecter l'ensemble de sa supply chain, de créer de l'intégration, et de fournir de la valeur au client avec un coût minimal pour la supply chain. »

Les critères de segmentation sont limités au mieux

Cette étude révèle également qu'un tiers (33%) des entreprises utilisent un seul critère pour modéliser leur segmentation, et la moitié (51%) n'en utilisent que deux. Du coup, ces organisations prennent quotidiennement d'importantes décisions commerciales en se basant sur des critères limités. De plus, les critères utilisés manquent souvent de concordance entre les métiers ce qui indique qu'il n'y a pas de gouvernance commerciale assez forte pour aligner les décisions de supply chain aux décisions business et réciproquement.

La segmentation de la supply chain peut contribuer significativement à l'augmentation des marges et à la différenciation du niveau de service délivré. Malgré cela, à de rares exceptions près, les résultats montrent que la marge n'est pas du tout un objectif pour les dimensions 'produit' et 'client'. Et, même lorsqu'elle est considérée comme un objectif, celle-ci arrive en quatrième position ou en deçà. En général, les dimensions géographiques et de volume arrivent avant, ce qui contribue à démontrer le faible niveau de sophistication de la segmentation des chaînes d'approvisionnement.

Franck Lheureux, Regional Vice President EMEA chez JDA conclut : « L'industrie dans son ensemble fait face au défi clients connectés, toujours plus exigeants. Dans le secteur des biens de consommation, la stratégie serait même d'aller jusqu'à développer des offres hyper spécialisées au plus proche du besoin de chaque client, afin d'encourager l'émergence d'un modèle de vente direct au client final.
Cette stratégie de différentiation nécessite d'avoir une approche centrée sur le client qui suppose un degré de connectivité et de synchronisation sans précédent entre la supply chain de fabrication, et la supply chain de distribution.
La segmentation a toujours eu la capacité d'améliorer significativement la rentabilité et l'agilité d'une entreprise, mais ce potentiel restait inexploité en raison du manque de technologies associées. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Le principe de segmentation arrive maintenant à maturité grâce à des technologies dédiées, et des organisations en place pour en tirer profit.
»


* A propos
L'étude a été menée auprès de 101 entreprises afin d'établir un benchmark de leurs pratiques en matière de segmentation.
Les 10 derniers articles
Services
  • EST
  • Proposer un communiqué de presse
Communiqués de presse