Lundi 11 Décembre 2017

Il est temps de définir de vrais budgets "cyber-sécurité" et d'en faire bon usage

Lundi 18 Septembre 2017
Dans son dernier rapport de sécurité intitulé « The Cost of Compromise », Trend Micro détaille les menaces recensées au cours du premier semestre et qui continuent d’impacter les organisations. 

Au cours du premier semestre 2017, Trend Micro a détecté plus de 82 millions de menaces de ransomware et plus de 3 000 tentatives d’arnaques BEC (Business Email Compromise), confirmant que la sécurité doit être placée au cœur des priorités et que les fonds doivent être utilisés intelligemment. « Les entreprises doivent prioriser leurs fonds afin d’assurer une sécurité efficace en amont, dans la mesure où les coûts liés à une fuite de données sont généralement plus élevés que le budget dont elles disposent, indique Max Cheng, CIO de Trend Micro. Les cyberattaques de grande ampleur menées contre les entreprises du monde entier demeurent très médiatisées, et cette tendance devrait se poursuivre au cours de la fin d’année 2017. Pour assurer leur pérennité sur le long terme, les entreprises ne doivent plus appréhender la sécurité numérique comme un simple moyen de protéger les informations, mais comme un investissement garant de leur avenir ».

En avril et juin derniers, les ransomware WannaCry et Petya ont touché des milliers d’organisations dans le monde et ciblé de très nombreux secteurs d’activité. Si l’on tient compte des coûts liés à la baisse de la productivité et du contrôle des dommages, les pertes globales dues à ces attaques pourraient s’élever à 4 milliards de dollars. De plus, selon le FBI, une fois les arnaques BEC comptabilisées, ce montant atteint les 5,3 milliards de dollars au cours du premier semestre 2017.

Le nombre d’attaques liées aux objets connectés a aussi connu une forte hausse, accompagné d’une montée de la cyber-propagande. En collaboration avec le Politecnico di Milano (POLIMI), Trend Micro a démontré qu’il était possible de pirater à distance des robots industriels, ce qui pourrait occasionner des pertes financières et des baisses de productivité substantielles. Les « usines intelligentes » ne peuvent donc pas se permettre de négliger la protection de ce type d’appareils connectés.

Parallèlement à cela, la hausse de la cyber-propagande s’est accompagnée d’une multiplication des escroqueries sur les réseaux sociaux. Et compte tenu des outils disponibles sur les marchés souterrains, la prolifération de « fake news » ou d’informations mensongères pourrait avoir de graves conséquences financières pour les entreprises dont la réputation et l'image sont écornées par la cyber-propagande.

Trend Micro conclut en précisant que les menaces apparues au cours de ce premier semestre 2017 ne sont probablement qu’un aperçu de ce qui nous attend et qu'il est urgent pour les organisations de s’en prémunir.
Les 10 derniers articles
Services
  • EST
  • Proposer un communiqué de presse
Communiqués de presse