Dimanche 19 Novembre 2017

Des robots Twitter capables d'influencer l'opinion et de la pousser vers le Brexit

Lundi 13 Novembre 2017
Et si le Royaume-Uni était sorti de l'Union Européenne à cause d'une armée de robots Twitter ? Selon une étude de City, University of London, près de 13 500 faux comptes Twitter ont beaucoup tweeté au sujet du référendum sur le Brexit, pour disparaître peu après le vote.  Ces bots ont posté près de 65 000 messages pendant quatre semaines, leur contenu affichant une orientation claire vers le "Leave", le camp favorable à la sortie de l'Union européenne.

Les chercheurs Département de Sociologie de la City, University of London, ont constaté que ces robots Twitter fonctionnaient automatiquement, comme un « réseau supervisé d'agents zombies ». Selon les deux auteurs de l'étude, ces faux comptes ont également tweeté du contenu pro-Remain, suggérant qu'ils étaient utilisés à l'appui des deux côtés. Les universitaires considèrent que la coordination de masse et la désactivation soudaine de ces comptes marionnettes montrent comment les « Twitterbots » sont utilisés stratégiquement pour amplifier des points de vue particuliers lors d'événements politiques. La suppression des comptes dans les semaines qui ont suivi le referendum, a permis à leurs contrôleurs humains de rester anonymes. Ces bots étaient huit fois plus susceptibles de tweeter des slogans que les autres utilisateurs de Twitter et aujord'hui 63% des URL des « bots » n'existent plus ou ne fonctionnent pas.

Cette étude, publiée dans la Social Science Computer Review, a également révélé deux stratégies distinctes pour le déploiement des réseaux de « zombies ». Une partie du réseau était dédiée au retweeting d'autres robots tandis qu'une autre partie ne retweetait que le contenu d'un petit nombre d'utilisateurs humains.

En plus des comptes supprimés, 26 500 autres ont soudainement changé de nom peu de temps après la fermeture des bureaux de vote, suggérant qu'il existe un marché potentiel de robots Twitter qui sont réaffectés d'une campagne politique à l'autre. Les chercheurs ont par ailleurs analysé 39 hashtags clés et mots clés associés au référendum et identifié 794.949 comptes, qui ont envoyé dix millions de tweets sur la période de quatre semaines du 10 juin au 10 juillet 2016. De ce groupe, ils ont ensuite trouvé 13.493 comptes qui correspondaient au comportement sur Twitter des robots selon une liste de caractéristiques révélatrices*.

« Nous pensons que ces comptes ont formé un réseau d'agents zombies, compte-tenu de leur comportement orchestré et de leurs caractéristiques similaires à celles des « bots », explique Marco Bastos, chercheur principal du projet. Les robots Twitter peuvent déclencher des cascades de retweets en une fraction du temps requis par les utilisateurs actifs pour démarrer des actions de taille comparable, mais ils échouent à générer de grandes cascades de retweets. Nous n'avons pas trouvé de preuve que les robots ont aidé à propager des « fake news ». Au lieu de cela, ils se sont investis pour alimenter et se faire l'écho d'informations très partisanes et polarisantes produites par des utilisateurs. Malheureusement, il n'est pas facile pour les vrais utilisateurs de Twitter de repérer les « bots » en raison du volume de données nécessaires pour reconnaître leurs modèles d'activité, mais cette étude montre comment ils peuvent être identifiés avec une analyse minutieuse. »

Le but de ces bots était de gonfler à des niveaux artificiels le soutien public pour les différents camps du vote en tweetant ou en retweetant à la fois les utilisateurs humains et d'autres faux comptes. Ceci est une preuve évidente d'une communication stratégique utilisant des robots, ceux-ci ayant créé une fausse impression de popularité publique des différentes idées.
Les 10 derniers articles
Services
  • EST
  • Proposer un communiqué de presse
Communiqués de presse